hétérotrophie

hétérotrophie

Ethologie

Bribe

hétérotrophie

Un fil ADN d'une femelle fusionne avec un fil ADN d'un mâle en une première cellule vivante.

Il y a des ressources de vie pour cette cellule par exemple dans l'ovule de la femelle.

Puis chaque cellule se reproduit par scissiparité grâce aux éléments chimiques puisés  chez d'autres vivants.

Il y a un grand nombre de cellules identiques qui sont alimentées par les éléments chimiques qui leur permettent de se multiplier dans le même type de cellules ( dans un œil, des cellules de l'œil) ou dans tous les types de cellules dont a besoin un vivant donné: il y en aurait 300 types chez l'humain.

Le vivant multicellulaire sait lesquelles sont indispensables et où elles doivent apparaître dans son corps.

Les multicellulaires terrestres sont apparus il y a deux milliards d'années. Ils ont deux milliards d'années d'expérience. Les multicellulaires savent de combien de cellules ils ont besoin. Ils en créent tant qu'ils n'ont pas trouvé tout ce dont ils ont besoin.

Les plantes sont alimentées par les corps chimiques fournis par ce qui est au dessus de la Terre et par ce qui est dans la Terre. Elles sont autotrophes. C'est leur génome qui les pilote.

Les animaux ont une histoire différente. Au lieu de puiser directement leurs ressources dans ce qu'il y a sur Terre et sous Terre, ils absorbent d'autres corps vivants et assimilent tous les éléments chimiques dont ils ont besoin à partir des autres vivants qui les entourent. Ils sont hétérotrophes. Les animaux extraient tous les corps chimiques dont ils ont besoin de tous les vivants qui les entourent. Pour les sélectionner, ils doivent se mouvoir et sélectionner les vivants qui leur conviennent. Actuellement il y a au moins 8 millions d'espèces vivantes. En 2 milliards d'années, il y en a eu un grand nombre de millions. Chaque espèce est différente et chacune ne sélectionne qu'un nombre restreint de vivants soit parce qu'ils ne conviennent pas soit parce qu'ils sont hors d'atteinte.

En général, ils assimilent beaucoup plus de plantes que d'animaux parce que la biomasse des plantes représente 84% de la biomasse vivante terrestre et la biomasse des animaux, 16%.

La totalité de la biomasse terrestre est estimée à 550 gigatonnes de carbone (Gt C) réparties comme suit :

https://www.fondationbiodiversite.fr/repartition-globale-de-la-biomasse-au-sein-de-la-biosphere/

    • Plantes : 450 GT C
    • Bactéries : 70 GT C
    • Champignons : 12 GT C
    • Archées : 7 GT C
    • Protistes3 : 4 GT C
    • Animaux : 2 GT C
    • Virus : 0,2 GT C

Et parmi les animaux, la répartition est la suivante :

    • Arthropodes : 1,2 GT C
    • Poissons : 0,7 GT C
    • Mollusques : 0,2 GT C
    • Annélides4 : 0,2 GT C
    • Cnidaires5 : 0,1 GT C
    • Animaux domestiques : 0,1 GT C
    • Humains : 0,06 GT C
    • Nématodes : 0,02 GT C
    • Mammifères sauvages : 0,007 GT C
    • Oiseaux sauvages : 0,002 GT C

    • Biomasse végétale au-dessus du sol : 320 Gt C, sous la surface du sol : 130 Gt C ;
    • Biomasse marine : 6 GT C ;
    • Biomasse des microbes résidant dans le sol et sous-sol profond pour 100 Gt C.

NB: Les trois éléments chimiques les plus importants sur les 27 éléments dont l'humain a besoin sont l'oxygène (65%), le carbone (18%) et l'hydrogène (14%) soit 97% des besoins pour ces trois éléments chimiques.

Pour trouver une plante ou un animal, l'animal possède un cerveau. Il met en œuvre une activité importante en vue d'extraire chez les vivants ces éléments chimiques dont ses cellules ont besoin.

Les multicellulaires évoluent depuis leur apparition selon la règle de l'adaptation à leur environnement. Ils deviennent de plus en plus complexes et une partie d'entre eux de plus en plus importants comme le montre l'existence, par exemple, des séquoias actuels ou des dinosaures avant leur extinction il y a 66 millions d'années.

Les évolutions se font également en termes de capacités à être les plus nombreux. Les primates humains semblent jouer un rôle important actuellement grâce à leur cerveau, leurs deux mains et leur sociabilité. Ils ont acquis ces capacités parce que leur cerveau évolue autour de 100 milliards de cellules et grâce aux 700 signaux synaptiques qui seraient produits chaque seconde dans tout le cerveau et qui relient entre elles chacune des cellules du cerveau. Sur toute son existence, cela fait 1 000 billions de synapses . C'est une valeur théorique car au cours d'une existence humaine, ce chiffre évolue de manière importante.

https://www.raisingofamerica.org/700-new-synapses-every-single-second

https://arxiv.org/abs/1906.01703

Par ces signaux synaptiques un humain ne cesse d'évoluer entre son apparition au moment où une cellule haploïde d'une femelle fusionne avec une cellule haploïde d'un mâle et sa disparition.

Copyright GS - 3 août 2022

Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Manuel

Chapitre VII - Du monocellulaire au multicellulairee

Un vivant multicellulaire traverse plusieurs époques depuis son apparition jusqu'à sa disparition.

Ressources de Vie

20160508

20130508

20151104

20151104

20150823

20150823

20150710

20150710

20150612

20150612

Journal de Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Bribes

2008 à 2016 - les bribes

Du 8 octobre 2008 au 23 novembre 2014: Culture éthologique 2014 Du 13 décembre 2014 au mercredi 8 juin 2016: 10 milliards d'humains en 2050 Éthologie Réconciliations

bribe 03

bribe 03

mains 02

mains 02

présent 03

présent 03

évolution 05

évolution 05

PNAS

neandertal

 

385 millions d'années BP

Il y a 385 millions d'années, certains poissons évoluent lentement en animaux à pattes vivant sur terre.

poisson-zèbre

L'ontogenèse du comportement collectif se révêle n'être qu'une simple loi d'attraction.

2 526 Millions d'années

Timing and tempo of the Great Oxidation Event

gaspillage

PNAS: Les stocks de matières premières extraites par les humains au XX° siècle ont été multipliés par 23