empreinte 02

empreinte 02

Empreinte: rôle du génome et rôle de la synaptogenèse

Introduction

L'empreinte (éthologique) cimente les relations entre les animaux à partir du moment où ils apparaissent

Il y a des empreintes acquises par une longue évolution et inscrites dans le génome de l'animal.

L'animal évolue à chaque instant entre son apparition et sa disparition. C'est l'environnement qui est structurant au travers de la synaptogenèse et qui fait évoluer cette empreinte. Le génome fait qu'un vivant appartient à une espèce. La synaptogenèse le déploie dans son individualité. Le génome et la synaptogenèse interviennent tout au long de l'évolution d'un vivant de manière spécifique

1) Empreinte et quête permanente de ressources de vie

- Au moment de l'apparition d'un mammifère, le génome est à l'origine de la recherche de la mamelle et du phénomène de succion qui l'accompagne.

- Puis peu à peu la synaptogenèse structure toutes les relations avec les vivants et le non-vivant.

2) Empreinte et quête permanente de ressources de reproduction

- Le génome déclenche la démarche de reproduction.

- La synaptogenèse structure la relation de reproduction depuis son apparition jusqu'à sa fin, depuis le choix du partenaire jusqu'à la fin de cette relation. Elle transforme la femelle en mère particulière, le mâle en père particulier et les nouveaux vivants issus de la relation entre la femelle et le mâle. en fille ou fils particuliers et en sœur ou frère particuliers

- Chez un grand nombre d'animaux les relations de parenté disparaissent au bout d'un temps variable selon les espèces : le génome supprime l'acquis de la synaptogenèse. en la matière s'il s'agit d'un individu d'une espèce où les relations de ce type ne sont pas éternelles.

- Par exemple, certains animaux forment des couples monogamiques éternels. Dans le cas du chimpanzé, la relation mère/fille est plus durable que la relation de couple ou la relation mère/fils. Chez un certain nombre d'oiseaux, c'est la relation de couple qui est éternelle. Ces modèles sont inscrits dans le génome et leurs modalités sont déployées par la synaptogenèse.

3) Importance de l'empreinte

Pendant toute sa vie, Louis XIV est fils d'Anne d'Autriche et de Louis XIII et frère de Philippe d'Orléans. Si dès son apparition, il est confié à un autre couple parental, il n'est ni le fils d'Anne d'Autriche et de Louis XIII ni le frère de Philippe d'Orléans mais une autre personne complètement étrangère à ce couple parental. Le génome de Louis XIV est le résultat de la fusion du gamète de sa mère et du gamète de son père. La synaptogenèse définit le déploiement des liens parentaux.

Remarque 1

- Le plaisir de l'alimentation est génétique. Un vivant qui ne s'alimente pas disparaît.

- Le plaisir de la reproduction est génétique. Une espèce qui ne se reproduit pas disparaît.

- La grande majorité  des animaux ressent du plaisir à se nourrir et à se reproduire.

- Le plaisir est le signe de la réussite de la quête de ressources de vie et de la quête de ressources de reproduction. Les animaux sont mobiles et ils en ont besoin.

Remarque 2

- les 106 milliards d'humains qui sont censés être apparus depuis leur spéciation il y a 200 000 à 300 000 ans sont soumis à ces lois.

- De même que toutes les espèces animales apparus depuis plus de 600 millions d'années.

Remarque 3

- Le génome pilote un vivant à chaque instant de son évolution. Il existe dans chacune de ses cellules. Si un animal se blesse, rapidement la partie blessée est reconstituée grâce au génome qui existe dans les cellules qui sont touchées. Par exemple l'œil fait de l'œil, la peau, de la peau et l'os, de l'os. Et ailleurs, il refait le tissu concerné. En matière de ressources de vie, c'est le génome qui apporte à chaque cellule les éléments non-vivants dont il a besoin. L'animal ne se nourrit pas. Chaque cellule de l'animal se nourrit.

- Les animaux supérieurs sont constitués de milliards de cellules et dans chaque noyau d'une cellule, il y a une molécule ADN elle même constitués de milliards de paires de bases, "le programme" de la cellule en quelque sorte. Ni le cerveau, ni le système nerveux n'y jouent un rôle au niveau de la cellule. Il faut considérer un corps animal comme le résultat de la coopération égalitaire entre toutes les cellules dont il est constitué.

 

Remarque 4

- Les plantes ne sont pas mobiles. Elles se nourrissent en permanence par la transformation du carbone en chlorophylle sous l'effet de l'énergie solaire et par les remontées de la chimie du sol grâce à l'eau qui s'y trouve.

- Elles n'ont pas besoin du plaisir. En matière de reproduction, "elles sèment à tous vents" et ne sont pas en quête de partenaires. Là non plus elles n'ont pas besoin du plaisir. Il n'y a pas de synaptogenèse car il n'y a pas de cerveau. C'est leur génome qui pilote les deux quêtes.

Copyright GS - 26 mars 2022

Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Manuel

Chapitre VII - Du monocellulaire au multicellulairee

Un vivant multicellulaire traverse plusieurs époques depuis son apparition jusqu'à sa disparition.

Ressources de Vie

20160508

20130508

20151104

20151104

20150823

20150823

20150710

20150710

20150612

20150612

Journal de Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Bribes

2008 à 2016 - les bribes

Du 8 octobre 2008 au 23 novembre 2014: Culture éthologique 2014 Du 13 décembre 2014 au mercredi 8 juin 2016: 10 milliards d'humains en 2050 Éthologie Réconciliations

exo-planète

exoplanète

reproduction 07

reproduction 07

terre

terre

présent

présent

PNAS

neandertal

 

385 millions d'années BP

Il y a 385 millions d'années, certains poissons évoluent lentement en animaux à pattes vivant sur terre.

poisson-zèbre

L'ontogenèse du comportement collectif se révêle n'être qu'une simple loi d'attraction.

2 526 Millions d'années

Timing and tempo of the Great Oxidation Event

gaspillage

PNAS: Les stocks de matières premières extraites par les humains au XX° siècle ont été multipliés par 23